Strict Standards: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, non-static method StorifyStoriesSliderShortCode::enqueueStyles() should not be called statically in /home/cspark/domains/creativespark.be/public_html/wp-includes/plugin.php on line 496

Strict Standards: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, non-static method StorifyStoriesSliderShortCode::enqueueScripts() should not be called statically in /home/cspark/domains/creativespark.be/public_html/wp-includes/plugin.php on line 496

NEST’up Spring 15: Pirates Message in a bottle #3

Raise the sails


Carnet de bord, jour 79

Voilà trois mois que nous voguons, au gré des rencontres et des découvertes que nos matelots accumulent. Je vous laissais, dans notre dernier message, sur une nouvelle réjouissante: la montée à bord d’un équipage technique, venu apporter son savoir-faire et partager son expertise avec nos jeunes recrues. Un bien beau cadeau! Ils ont été d’un secours précieux lors de nos deux dernières étapes, reliant d’abord la Lean Bay au Ship Reef et nous menant ensuite à la Startup Sea d’où je vous écrit.

Glissez une souris sur le parchemin pour révéler les informations écrites à l’encre invisible.

 

Si vous vous repérez sur la carte, vous comprendrez que le voyage touche donc à sa fin et jugerez peut-être que nos échanges ont été trop peu nombreux. Les vents ne nous ont pas facilité la tâche et l’organisation de la vie à bord a demandé toute notre attention. Les nouvelles, cependant, peuvent être grossièrement résumées ainsi: chaque membre d’équipage a vécu la traversée à sa façon, vivant des moments forts et résistant à des périodes plus tumultueuses. Après une phase de questionnements, chacun a apprivoisé la réalité du terrain en s’appropriant les méthodes que nous transmettons. Ils ont précisé les étapes du voyage qu’ils avaient en vue avec l’aide de pirates expérimentés et préparé, non sans appréhension, l’accostage sur les côtes de la Startup Sea. Mais alors qu’au démarrage tous n’avaient pas le pied marin, chacun est désormais prêt à lever les voiles de son propre navire.

 

Vendredi dernier, ils ont brillamment réussi l’épreuve ultime, la présentation de leur carte de route devant pas moins de 700 pirates, venus de toutes contrées. Cette dernière étape a également été l’occasion pour eux de remettre un pied à terre après autant de temps passé à chercher l’équilibre en mer. C’est le Capitaine Myriam qui animait l’événement, accompagnée de son fidèle Mousse. Le célèbre cartographe Vincent Patar avait pris soin de tracer l’itinéraire de la soirée et le cambusier Fillipo Baldan s’est assuré que le rhum coule à flots.

DemoDay-118-2

 

La soirée fût des plus réussies et nous tenons à remercier tous les pirates présents, qui, de leurs applaudissements, ont partagé leur soutien et leurs encouragements aux matelots ambitieux qui se sont présentés devant eux. Nous avons maintenant repris la mer et profitons d’une petite boucle de quelques jours, non loin des côtes afin de préparer avec nos équipages la suite de leur voyage. Bientôt, ils lèveront chacun l’ancre de leur vaisseau et… vogue la galère!

Bon vent,
Quartier-Maître Aurélie

signature-blog

NEST’up Spring 15: Pirates Message in a bottle #2

Work like a captain, play like a pirate

Carnet de bord, jour 25

 

Nous vous avions promis des nouvelles juste avant notre mouillage dans la Lean Bay. Et  bien nous y sommes! Ses côtes verdoyantes et ses raides reliefs se dessinent à l’horizon. Nous devrions jeter l’ancre dans de belles eaux calmes ce jeudi après-midi pour une petite mise au point avant de changer de cap.

 

Peu après l’envoi de notre dernier courrier, quelques journées tumultueuses ont secoué notre équipage, habitué à la stabilité terrestre. Les confrontations successives avec différents maîtres d’équipage et navigateurs expérimentés ont perturbé nos dernières certitudes et le voyage initiatique a pris un tournant intéressant.

 

Glissez une souris sur le parchemin pour révéler les informations écrites à l’encre invisible.

 

La brume est tombée, enrobant le navire dans une atmosphère épaisse et presque paralysante. Un brouillard dense nous empêchait de voir où nous allions. Mais la proue continuait, mine de rien, à fendre l’écume. Pendant ces longues journées, certains membres d’équipage ont découvert leurs propres limites, un peu trop éloignés de leur habitudes.
Une traversée comporte toujours son lot de difficultés et le brouillard n’est jamais loin. Mais pour qu’un pirate devienne son propre capitaine, il doit pouvoir s’amuser des épreuves imposées par un voyage incertain et réussir à garder le cap. Et plus ces remous surviennent tôt, plus vite le pirate en question adopte l’état d’esprit qui fera de lui un véritable conquérant. Un grand défi pour beaucoup de nos matelots!

 

Heureusement, après quatre semaines de voyage, la marée s’est finalement calmée et mes compagnons de voyage ont attrapé quelques bons réflexes. Nous n’avons plus mis le pied à terre depuis notre départ en grandes pompes du Gangway Dock. Beaucoup appréhendent donc cette escale en terre étrangère. Au bord des célèbres falaises de la crique où nous accosterons, une rencontre est organisée avec un autre équipage, moins nombreux, venu tout droit de la capitale. Un élément de stress supplémentaire pour les moins téméraires d’entre nous.

 

Nous avons prévu de passer quelques jours sur la terre ferme avant de larguer à nouveau les amarres pour quatre nouvelles semaines en mer. Cette deuxième partie de la route, très technique, plaira certainement aux maîtres artisans à bord.

 

Je vous en dirai des nouvelles dans un prochain courrier.

Quartier-Maître Aurélie

signature-blog

NEST’up Spring 15: Pirates Message in a bottle #1

 A smooth sea never made a skillful sailor

 

Carnet de bord, jour 11

Nous sommes montés à bord, inconscients, impatients ou même sans aucune compétence en navigation. Peu armés pour la traversée, nous pensions peut-être que l’embarquement était l’épreuve la plus difficile à passer. Qu’une fois le navire lancé sur l’écume, il n’y aurait plus qu’à hisser les voiles et se laisser porter par le vent.

 

Nous sommes maintenant en mer depuis près de deux semaines. Aucun d’entre nous n’a encore eu de véritable mal de mer et l’acclimatation s’est faite en douceur, chaque matelot étant accompagné par un pirate qui a de la bouteille. Nous avons déjà pu découvrir les joies du terrain, de la rencontre avec les habitants de la tant convoitée île au trésor et en sommes revenus les poches pleines de doutes, de confiance ou de surprises.

Chaque équipe de matelots a défini ses motivations et sorti sa longue vue afin d’éclaircir sa vision. Nous avons appris à déclamer nos idées en une seule phrase, répétable par un perroquet et avons fait l’exercice de résumer nos ambitions à l’aide d’un bout de bois sur un carré de sable mouillé.


Glissez une souris sur le parchemin pour révéler les informations écrites à l’encre invisible.


En route pour la Lean Bay, nous découvrons petit à petit notre rythme de croisière mais certains jours, la mer est plus agitée et nous oblige à remettre en question la destination que nous avions envisagée, à remettre au point la visée de notre longue vue et à ressortir boussoles et cadrans solaires. L’issue du voyage est encore floue pour beaucoup d’entre nous mais elle ne devrait pas tarder à se dessiner à l’horizon, là où l’eau se jette dans le vide.

 

La mer s’agite, et le bateau tangue parfois. Mais pour nous tous, jeunes pirates, chaque vague qui secoue la proue est une chance de plus de forger notre expérience et de redresser la barre.


Attendez-vous à recevoir de nos nouvelles juste avant notre prochaine escale dans la très mouvementée Lean Bay.

Quartier-Maître Aurélie

 

 

signature-blog

NEST’in ou la semaine du vertige entrepreneurial

Lundi. Trente-cinq têtes inconnues débarquent dans une jungle de couleurs. Le NEST reprend du service quelques mois après le dernier programme d’accélération NEST’up. Ils sont là pour six petits jours et ont embarqué leurs histoires personnelles, leurs attentes et leurs ambitions. Pour certains, un projet, pour d’autres un furieuse envie d’entreprendre quelque chose, sans savoir trop bien quoi.

Autour de la machine à café, les premiers contacts se nouent. Très vite, chacun prend place dans le forum pour le lancement officiel du programme NEST’in avec Benoit Lips et Olivier Verbeke, deux secoueurs de pommiers et spécialistes du Lean start-up.

 

n300c

 

Les cinq autres coaches arrivent un peu plus tard. C’est leur « unfair advantage », ils peuvent dormir un peu plus que les autres. Eux aussi apportent leurs bagages et leurs expériences au NEST. Le lundi, c’est la journée des découvertes, des projets, des personnalités, c’est la journée des vertiges pour certains.

 

« Mais qu’est-ce que je suis venu faire ici? »

« Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire de lui? »

Ce beau bordel s’organise rapidement, des post-it s’éparpillent, se collent aux murs, aux fenêtres, des têtes bouillonnent, des oreilles fument, des idées de carrière s’écroulent en deux jours à peine, des business model canvas pullulent, se colorent et se remplissent. Des groupes se forment, des projets naissent et des idées de carrière se reconstruisent en quelques jours à peine. Des horizons se dégagent et des aspirants entrepreneurs découvrent le terrain, le vrai, se confrontent au public, de Liège à Bruxelles, dans les gares et sur les marchés. Certains découvrent Facebook, d’autres attendent la fin de la semaine pour éclore. Beaucoup finiront par avoir le « Lean Déclic », offrant à leurs projets une nouvelle dimension.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De révélations en espoirs reformulés, cette semaine de découverte des outils de l’entrepreneur Lean a été une véritable montagne russe. La cuisine a souffert mais a été le témoin de nombreuses et riches rencontres. Aujourd’hui matin, les tableaux sont nettoyés, les post-it ramassés, les BMC précieusement archivés. Le NEST est calme.

La machine à café profite un peu du répit qui lui est offert mais les interactions et la créativité qui ont animé cette première semaine de NEST’in laissent planer dans l’air un optimisme rêveur.

 

Merci encore à tous les participants pour leur confiance, leur enthousiasme et leur investissement.

Bonne continuation à tous.

Et vous, votre résolution 2015? #JTFDI

Presque un mois après les échanges de voeux pour la bonne année, les cotillons et confettis, le champagne, et les bises, vous en êtes où avec vos résolutions? Plus de sport, moins d’alcool, plus d’organisation et moins de procrastination?

Et pourquoi pas viser plus haut? Pour une fois? Qu’est-ce qu’on risque… Au pire, on se plante. Et alors? C’est comme perdre une partie de mikado, au final, on s’en fout, on aura passé un bon moment et on aura appris à moins trembler.

NEST'up Spring 2014

#JTFDI

Vous le connaissez ce hashtag? Just to fuckin do it. Lancez-vous dans quelque chose de grand, osez entreprendre, faites voler en éclats les freins qui vous bloquent. Notez au passage que la plupart de ces freins, vous vous les êtes imposés vous-même. Voyez jusqu’à quel point vous êtes prêt(e) à quitter votre zone de confort. Placardez ce hashtag sur tous vos « Oui mais » et vos excuses toutes faites qui vous donnent bonne conscience. Et à ce moment là, non, vous ne serez pas prêts à vous lancer dans une aventure comme NEST’in ou NEST’up. On n’est jamais prêt. Mais on s’en fout, on peut passer un bon moment et apprendre à moins trembler.

 

Pas de thunes? Un crédit étudiant ? Un bébé qui arrive? Quitte à être dans la merde, autant y être pour de bon : je lance ma start-up ! »

Bertrand – We Are The Models

 

On s’est dit qu’on avait rien à perdre, on voulait juste un avis de professionnels sur un produit qu’on trouvait chouette. On voulait faire quelque chose de nouveau, et pouvoir vivre de la créativité.
C’était aussi un hasard chanceux, un simple message sur facebook qui a lancé toute l’histoire de Do Eat.

Hélène et Thibaut – Do Eat

 

C’est le seul boulot qui n’a aucune limite, c’est quand on comprend ça qu’on n’a pas d’autre choix que de se lancer.

Maxime – Koalect

Bertrand, Maxime, Hélène, Thibaut et beaucoup d’autres l’ont fait, un jour où l’autre, ce saut pour lequel vous hésitez tant. À un moment précis, ils se sont dit #JTFDI

Et vous?