NEST’up: les tendances automne-hiver à Namur

Un NEST’up, deux NEST’up, six NEST’up. Les saisons filent et les sessions d’accélération ne se ressemblent pas. Entre un fou de grimpe qui se demande quoi faire avec des milliers de fans Facebook, une team ambitieuse qui veut révolutionner les services de livraison à Bruxelles, un boys band de pros du marketing ou encore un duo qui n’aime pas faire la vaisselle, chaque session d’accélération a démarré de la même façon, avec des équipes qui apprennent à se connaître, du café et des post-it. Ce sont ensuite les interactions entre elles et leurs motivations propres qui rendent unique chaque édition. Impossible donc, durant les premières semaines, de savoir où ils en seront dans quelques mois ou années mais une certitude: il faut réveiller les champions en eux.

 

Ticket d'entrée dans NEST'up acquis au terme de deux journées intenses de sélection!

Ca y est! Ticket d’entrée pour NEST’up au terme de deux journées intenses de sélection.

 

Et on en est là aujourd’hui, avec la nouvelle brochette de projets qui vient de rejoindre l’accélérateur, mis en route il y a tout juste quinze jours à Namur. La tendance est aux duos, ce qui en fait le plus petit groupe jamais passé par le NEST. À peine quinze participants mais déjà une bonne couche de béton qui solidarise ces neo-entrepreneurs. Le programme a été complètement refondu pour mieux coller aux réalités de chaque projet sans enlever à NEST’up sa silhouette de grand huit émotionnel. Les porteurs de projet servent des sourires et vendent de l’enthousiasme mais l’air de rien, ils sont mis à rude épreuve. Notons tout de même que cette édition namuroise revisitée, contrairement aux autres, n’a pas encore essuyé une larme (du moins pas à notre connaissance). Lisez plutôt:

 

Stimulation cérébrale et émotionnelle challengeante mais passionnante !- Marie-laure,

S’ouvrir et se dépasser, pour surmonter ses barrières tout en étant soutenu et accompagné au quotidien ! – Stéphanie

Ca va aller : ) – Nathaniel

 

Alors que les cerveaux bouillonnent et que les participants sont surexcités, le mot expérience est sur toutes les lèvres. Chaque semaine doit permettre la validation d’une hypothèse critique, une de celles qui remettent en cause l’essence même du projet avec lequel ils sont entrés dans le programme. Dans le même rayonnage que les expériences, on trouve donc logiquement les hypothèses, les validations et les metrics, bref, tout le jargon Lean Startup.

Au rayon des coaches, les mêmes sourires et une certaine confiance dans les rangs. Cette édition namuroise automne-hiver rue dans les brancards et promet encore de belles surprises.