Quand la Francophonie veut changer le monde

n30c

Première question aux 13 entrepreneurs francophones fraîchement arrivés: qu’est-ce qui vous motive? Pourquoi êtes-vous là?

 

« Je veux changer le monde », diront-ils en canon.

Alors que le niveau d’avancement de ces équipes était méconnu des coaches et de l’organisation, la barre est soudain fixée très haut: une ambition sans faille et une excellente connaissance de la réalité de terrain. Cet accélérateur de projets organisé en amont du Forum Mondial de la Francophonie démarre sur les chapeaux de roues!

 

Et pour cause! Le programme ne dure que deux petites semaines. Un créneau serré dans lequel il faut faire tenir une introduction aux méthodes dites « Lean » et en assurer non seulement la compréhension mais aussi et surtout l’appropriation, ce qui, d’expérience, peut prendre beaucoup de temps. Très vite, pourtant, les outils se multiplient et les porteurs de projets découvrent une nouvelle approche. Des post-it colorent les murs et les tableaux, les cases du Business Model Canvas et du Lean Canvas se remplissent, la présentation orale des projets passe des 10 minutes à 5, puis à 3, puis se réduit à une seule phrase.

 

Outre les échanges et les apprentissages liés à l’avancement des projets, c’est également une aventure humaine qui se dessine dans les locaux du NEST. Ces entrepreneurs, réunis par une langue commune, le Français, mais venus d’horizons différents découvrent entre deux ateliers des bribes de culture belge au contact des coaches et de l’équipe organisatrice. Grâce aussi à quelques escapades nocturnes ou des visites organisées. De même, ils nous partagent leur joie de vivre et leurs histoires et enchantent le NEST d’accents africains.

 

 

Venus du Bénin, du Togo, de Côte d’Ivoire, du Sénégal, de Madagascar ou de France, ils ont travaillé intensivement pour booster leur projet et le présenter lors du Forum Mondial de la Langue Française, une initiative visant à renforcer les liens entre les nombreux pays de la Francophonie et à en faire un terreau de l’innovation. Sur les 130 projets présents lors du Forum, seuls six ont eu la chance de participer à l’accélérateur et trois d’entre eux ont besoin de votre soutien dans leur campagne de financement participatif. Découvrez-les ci-dessous.

Les six projets

Dec Num

Une Afrique éco-responsable avant l’arrivée de la cinquième génération des téléphones mobiles.

Le projet Déchets Numériques/DEC_NUM vise la valorisation des Déchets d’Equipements Électroniques et Informatiques (DEEI) par une collecte sélective; la participation citoyenne à l’élaboration d’un cadre juridique; et des sensibilisations populaires aux risques sanitaires des DEEI via une plateforme Web et mobile.

Facebook

Twitter

Mail

 

Libre Opinion

Faire de chaque citoyen un acteur de développement.

Plateforme Web participative, ouverte et libre, qui permet aux citoyens de s’exprimer, aux gouvernements de mieux appréhender les attentes des citoyens et aux organismes indépendants de concevoir des programmes d’aide et d’assistance mieux adaptés aux attentes des citoyens. Merci de contribuer au développement de notre projet en répondant à notre sondage en ligne.

Site web

Facebook  Mail

 

Imagotext

Générateur d’infographies et d’images à partir de textes.

Application de génération d’infographies au départ de textes, destinée d’une part à l’enseignement (outil didactique), et d’autre part aux entreprises et organisations locales pour la diffusion d’informations.

Site webFacebook

Karangue 

Alerte – message vocal et sms – de rappel de vacci- nation et visites pré- et post-natales pour réduire la mortalité maternelle et infantile.

Toutes les 16 secondes un enfant meurt d’une maladie qui aurait pu être évitée par un vaccin. Chaque jour, plus de 800 femmes meurent en donnant la vie. Face à ce fléau, Karangue assure le suivi des vaccinations de l’enfant et l’accompagnement pré- et post-natal de la maman en rappelant périodiquement les rendez-vous par SMS et message vocal.

Facebook

Mail

payment7 (1)SOUTENIR CE PROJET

 

CyberCLIC

Briser l’isolement par un espace informatisé connecté dans les bibliothèques de brousse à Madagascar.

Le projet CyberCLIC vise à mettre en place un espace informatisé et connecté au sein des 24 bibliothèques de brousse CLIC (Centre de Lec- ture, d’Information et de Culture). L’objectif est de briser l’isolement en créant une plateforme de communication au sein du réseau des 24 bibliothèques dispersées dans tout Madagascar.

Facebook

Mail  SOUTENIR CE PROJETpayment7 (1)

Lor bouor

Une plateforme technologique au service d’une agriculture moderne et efficace pour le bonheur des paysans et la sécurité alimentaire.

Cette jeune-pousse a développé une suite d’outils et de plateformes Web mobile et sms à destination du monde agricole, premier secteur économique en Côte d’Ivoire, afin d’aider les agriculteurs et les coopératives à mieux produire et mieux vendre leur production.

Facebook

Mail

payment7 (1)SOUTENIR CE PROJET

 

*Icon « Give Money » made by Freepik from www.flaticon.com

NEST’up Spring 15: Pirates Message in a bottle #3

Raise the sails


Carnet de bord, jour 79

Voilà trois mois que nous voguons, au gré des rencontres et des découvertes que nos matelots accumulent. Je vous laissais, dans notre dernier message, sur une nouvelle réjouissante: la montée à bord d’un équipage technique, venu apporter son savoir-faire et partager son expertise avec nos jeunes recrues. Un bien beau cadeau! Ils ont été d’un secours précieux lors de nos deux dernières étapes, reliant d’abord la Lean Bay au Ship Reef et nous menant ensuite à la Startup Sea d’où je vous écrit.

Glissez une souris sur le parchemin pour révéler les informations écrites à l’encre invisible.

 

Si vous vous repérez sur la carte, vous comprendrez que le voyage touche donc à sa fin et jugerez peut-être que nos échanges ont été trop peu nombreux. Les vents ne nous ont pas facilité la tâche et l’organisation de la vie à bord a demandé toute notre attention. Les nouvelles, cependant, peuvent être grossièrement résumées ainsi: chaque membre d’équipage a vécu la traversée à sa façon, vivant des moments forts et résistant à des périodes plus tumultueuses. Après une phase de questionnements, chacun a apprivoisé la réalité du terrain en s’appropriant les méthodes que nous transmettons. Ils ont précisé les étapes du voyage qu’ils avaient en vue avec l’aide de pirates expérimentés et préparé, non sans appréhension, l’accostage sur les côtes de la Startup Sea. Mais alors qu’au démarrage tous n’avaient pas le pied marin, chacun est désormais prêt à lever les voiles de son propre navire.

 

Vendredi dernier, ils ont brillamment réussi l’épreuve ultime, la présentation de leur carte de route devant pas moins de 700 pirates, venus de toutes contrées. Cette dernière étape a également été l’occasion pour eux de remettre un pied à terre après autant de temps passé à chercher l’équilibre en mer. C’est le Capitaine Myriam qui animait l’événement, accompagnée de son fidèle Mousse. Le célèbre cartographe Vincent Patar avait pris soin de tracer l’itinéraire de la soirée et le cambusier Fillipo Baldan s’est assuré que le rhum coule à flots.

DemoDay-118-2

 

La soirée fût des plus réussies et nous tenons à remercier tous les pirates présents, qui, de leurs applaudissements, ont partagé leur soutien et leurs encouragements aux matelots ambitieux qui se sont présentés devant eux. Nous avons maintenant repris la mer et profitons d’une petite boucle de quelques jours, non loin des côtes afin de préparer avec nos équipages la suite de leur voyage. Bientôt, ils lèveront chacun l’ancre de leur vaisseau et… vogue la galère!

Bon vent,
Quartier-Maître Aurélie

signature-blog

NEST’up Spring 15: Pirates Message in a bottle #2

Work like a captain, play like a pirate

Carnet de bord, jour 25

 

Nous vous avions promis des nouvelles juste avant notre mouillage dans la Lean Bay. Et  bien nous y sommes! Ses côtes verdoyantes et ses raides reliefs se dessinent à l’horizon. Nous devrions jeter l’ancre dans de belles eaux calmes ce jeudi après-midi pour une petite mise au point avant de changer de cap.

 

Peu après l’envoi de notre dernier courrier, quelques journées tumultueuses ont secoué notre équipage, habitué à la stabilité terrestre. Les confrontations successives avec différents maîtres d’équipage et navigateurs expérimentés ont perturbé nos dernières certitudes et le voyage initiatique a pris un tournant intéressant.

 

Glissez une souris sur le parchemin pour révéler les informations écrites à l’encre invisible.

 

La brume est tombée, enrobant le navire dans une atmosphère épaisse et presque paralysante. Un brouillard dense nous empêchait de voir où nous allions. Mais la proue continuait, mine de rien, à fendre l’écume. Pendant ces longues journées, certains membres d’équipage ont découvert leurs propres limites, un peu trop éloignés de leur habitudes.
Une traversée comporte toujours son lot de difficultés et le brouillard n’est jamais loin. Mais pour qu’un pirate devienne son propre capitaine, il doit pouvoir s’amuser des épreuves imposées par un voyage incertain et réussir à garder le cap. Et plus ces remous surviennent tôt, plus vite le pirate en question adopte l’état d’esprit qui fera de lui un véritable conquérant. Un grand défi pour beaucoup de nos matelots!

 

Heureusement, après quatre semaines de voyage, la marée s’est finalement calmée et mes compagnons de voyage ont attrapé quelques bons réflexes. Nous n’avons plus mis le pied à terre depuis notre départ en grandes pompes du Gangway Dock. Beaucoup appréhendent donc cette escale en terre étrangère. Au bord des célèbres falaises de la crique où nous accosterons, une rencontre est organisée avec un autre équipage, moins nombreux, venu tout droit de la capitale. Un élément de stress supplémentaire pour les moins téméraires d’entre nous.

 

Nous avons prévu de passer quelques jours sur la terre ferme avant de larguer à nouveau les amarres pour quatre nouvelles semaines en mer. Cette deuxième partie de la route, très technique, plaira certainement aux maîtres artisans à bord.

 

Je vous en dirai des nouvelles dans un prochain courrier.

Quartier-Maître Aurélie

signature-blog

NEST’up Spring 15: Pirates Message in a bottle #1

 A smooth sea never made a skillful sailor

 

Carnet de bord, jour 11

Nous sommes montés à bord, inconscients, impatients ou même sans aucune compétence en navigation. Peu armés pour la traversée, nous pensions peut-être que l’embarquement était l’épreuve la plus difficile à passer. Qu’une fois le navire lancé sur l’écume, il n’y aurait plus qu’à hisser les voiles et se laisser porter par le vent.

 

Nous sommes maintenant en mer depuis près de deux semaines. Aucun d’entre nous n’a encore eu de véritable mal de mer et l’acclimatation s’est faite en douceur, chaque matelot étant accompagné par un pirate qui a de la bouteille. Nous avons déjà pu découvrir les joies du terrain, de la rencontre avec les habitants de la tant convoitée île au trésor et en sommes revenus les poches pleines de doutes, de confiance ou de surprises.

Chaque équipe de matelots a défini ses motivations et sorti sa longue vue afin d’éclaircir sa vision. Nous avons appris à déclamer nos idées en une seule phrase, répétable par un perroquet et avons fait l’exercice de résumer nos ambitions à l’aide d’un bout de bois sur un carré de sable mouillé.


Glissez une souris sur le parchemin pour révéler les informations écrites à l’encre invisible.


En route pour la Lean Bay, nous découvrons petit à petit notre rythme de croisière mais certains jours, la mer est plus agitée et nous oblige à remettre en question la destination que nous avions envisagée, à remettre au point la visée de notre longue vue et à ressortir boussoles et cadrans solaires. L’issue du voyage est encore floue pour beaucoup d’entre nous mais elle ne devrait pas tarder à se dessiner à l’horizon, là où l’eau se jette dans le vide.

 

La mer s’agite, et le bateau tangue parfois. Mais pour nous tous, jeunes pirates, chaque vague qui secoue la proue est une chance de plus de forger notre expérience et de redresser la barre.


Attendez-vous à recevoir de nos nouvelles juste avant notre prochaine escale dans la très mouvementée Lean Bay.

Quartier-Maître Aurélie

 

 

signature-blog

NEST’up Spring 2015 – Hissez les voiles !

 

C’est avec un oeil à la fois perdu et particulièrement excité par les lieux que les candidats des 15 start-up en compétition pour ce NEST’up Spring 2015 débarquent en ce jeudi 26 février. Débarquent ? C’est le mot juste puisque cette année NEST’up a pour thème « Les Pirates ». Chacun rêve de pouvoir larguer son ancre ici afin de s’établir sur l’île Creative Spark pour les 3 prochains mois.

Les pitchs (présentations rapides) s’enchainent et chaque start-up essaye de convaincre de l’intérêt de son projet. Une tendance se dégage rapidement : faciliter la vie de chacun ou celles des entreprises. Vêtements, baby-sitting, alimentaires, argent, ressources humaines, … chaque start-up s’attaque à un sujet différent.

 

Nos pirates ont tous joué le jeu et les mots « capitaine », « matelots » ou « navire » reviennent très souvent. Tous racontent une histoire à leur façon et certains ont même revêtu leur plus beau cache-oeil.

Au fil de la journée, les équipages rencontrent tour à tour les différents coaches et se voient chamboulés par des questions aussi pointues qu’une dague tout juste aiguisée. Le but est de découvrir le potentiel de chaque projet et le mental de chaque équipe. Malheureusement, seulement 8 start-up sur 15 pourront profiter de l’accélérateur NEST’up.


La journée défile à la vitesse d’un boulet de canon mais les contacts se font. Tout le monde échange des idées, des avis, des cartes de visite et, quoi qu’il arrive à la fin de cette journée de sélection, tous se sont dit heureux du feedback reçu et des personnes rencontrées.

 

 

 

 

 

 

 

Aux alentours de 18h, tout le monde se retrouve sur le pont, au OFFBar, en attendant les résultats finaux et en dégustant de délicieux cocktails (à base de rhum bien entendu). L’ambiance est particulièrement détendue et toutes ces équipes qui ne se connaissaient pas au lever du jour semblent maintenant n’en former qu’une seule, animée par l’envie d’entreprendre et d’innover.

 

Après la délibération des coaches, les résulats tombent. Nous allons enfin savoir qui va pouvoir se partager le trésor. Ou plutôt, qui se verra remettre une carte pour pouvoir y accéder.
Instasitter, HRMonkeys, Fittin’Room, Dilemme, Swanest, My Beer, Cook The Box et VestiR sont les équipages retenus pour embarquer sur le navire NEST’up.
Il ne reste maintenant qu’à hisser les voiles et le drapeau. Aux couleurs des pirates.

 

 

Présentations des 8 start-up intégrant l’accélérateur :

 

 

Instasitter : Un service en ligne mettant en relation parents et baby-sitters offrant fiabilité, rapidité et facilité à ses utilisateurs.

 

 

HRMonkeys : We create the win-win match by bringing new business opportunities to recruiters and making recruitment easier and faster for HR Managers.

 

 

Fittin’Room : Application « Social Shopping Advisor » permettant un avis (privé/public) en temps réel sur les vêtements qu’on essaye en cabine d’essayage.

 

 

Dilemme : Une décision à prendre ? Postez vos dilemmes en photos et obtenez l’avis du monde entier grâce à cette application sociale et conviviale.

 

 

Swanest : An automated investment manager: we use technology to offer investment services that access was limited to wealthy individuals.

 

 

My Beer : My Beer crée des bières 100% personnalisées (recette & packaging) pour tous les amateurs de bière.

Cook The Box : livre recettes et ingrédients sains pour la préparation de repas équilibrés, libérant ainsi les ménages du poids des courses.

 

 

VestiR : Proposer une garde-robe virtuelle, pour répondre au “je n’ai rien à me mettre”, permettre le partage de vêtements,et faire des statistiques.