NEST’in ou la semaine du vertige entrepreneurial

Lundi. Trente-cinq têtes inconnues débarquent dans une jungle de couleurs. Le NEST reprend du service quelques mois après le dernier programme d’accélération NEST’up. Ils sont là pour six petits jours et ont embarqué leurs histoires personnelles, leurs attentes et leurs ambitions. Pour certains, un projet, pour d’autres un furieuse envie d’entreprendre quelque chose, sans savoir trop bien quoi.

Autour de la machine à café, les premiers contacts se nouent. Très vite, chacun prend place dans le forum pour le lancement officiel du programme NEST’in avec Benoit Lips et Olivier Verbeke, deux secoueurs de pommiers et spécialistes du Lean start-up.

 

n300c

 

Les cinq autres coaches arrivent un peu plus tard. C’est leur « unfair advantage », ils peuvent dormir un peu plus que les autres. Eux aussi apportent leurs bagages et leurs expériences au NEST. Le lundi, c’est la journée des découvertes, des projets, des personnalités, c’est la journée des vertiges pour certains.

 

« Mais qu’est-ce que je suis venu faire ici? »

« Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire de lui? »

Ce beau bordel s’organise rapidement, des post-it s’éparpillent, se collent aux murs, aux fenêtres, des têtes bouillonnent, des oreilles fument, des idées de carrière s’écroulent en deux jours à peine, des business model canvas pullulent, se colorent et se remplissent. Des groupes se forment, des projets naissent et des idées de carrière se reconstruisent en quelques jours à peine. Des horizons se dégagent et des aspirants entrepreneurs découvrent le terrain, le vrai, se confrontent au public, de Liège à Bruxelles, dans les gares et sur les marchés. Certains découvrent Facebook, d’autres attendent la fin de la semaine pour éclore. Beaucoup finiront par avoir le « Lean Déclic », offrant à leurs projets une nouvelle dimension.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De révélations en espoirs reformulés, cette semaine de découverte des outils de l’entrepreneur Lean a été une véritable montagne russe. La cuisine a souffert mais a été le témoin de nombreuses et riches rencontres. Aujourd’hui matin, les tableaux sont nettoyés, les post-it ramassés, les BMC précieusement archivés. Le NEST est calme.

La machine à café profite un peu du répit qui lui est offert mais les interactions et la créativité qui ont animé cette première semaine de NEST’in laissent planer dans l’air un optimisme rêveur.

 

Merci encore à tous les participants pour leur confiance, leur enthousiasme et leur investissement.

Bonne continuation à tous.