Djump lance sa 2ème levée de fonds avec un investissement du LeanFund

Lean-fund_140x140
Le Lean Fund a annoncé vendredi avoir investi dans la start-up de covoiturage Djump, qui revendique déjà 500 conducteurs et 45.000 téléchargements de son application. Après CHEQROOM mercredi, il s’agit de la 2ème annonce d’investissement réalisée par le LeanFund cette semaine. Et la liste n’est pas close … 

« Djump a su focaliser son attention sur les besoins de ses utilisateurs et sur la qualité de son service dans un marché en pleine croissance. Nous sommes ravis d’accompagner ce team d’entrepreneurs brillants dans sa 2ème levée de fonds avec une participation qui correspond parfaitement au type de start-up dans lesquelles nous allons continuer d’investir », souligne Benoit Lips, manager du Lean Fund. Le montant de l’investissement n’a pas été rendu public.

10656702_10152646889885435_1101385377_n
10656625_10152646889770435_252995913_n

Lancé en 2013, Djump met en relation des chauffeurs et des passagers à la recherche d’un transport. Basé sur le principe du don volontaire et de la confiance mutuelle, la flexibilité, l’immédiateté de la mise en relation et l’expérience sociale sont les piliers centraux du projet. Pour les conducteurs comme pour les passagers, il ne s’agit pas seulement de partager une voiture mais aussi d’agir chacun à son petit niveau pour faire évoluer la mobilité au 21ème Siècle.  

« Djump a toujours été au service de ses utilisateurs et nous sommes toujours épatés de voir à quel point la communauté s’engage, que ce soit à Bruxelles ou Paris d’ailleurs, dans des activités qui dépassent parfois de loin le simple fait de partager un trajet.  Il n’est pas rare de voir des « djumpers » débarquer à l’improviste dans nos bureaux, d’autres se retrouvent pour aller manger un bout ensemble au resto, visiter des expos, certains ont même créé une équipe de foot  ! »,  explique Tanguy Goretti,  le CEO de Djump.

« Les derniers mois ont été particulièrement riches d’enseignements et de rencontres avec différents investisseurs, en Europe et aux USA. Le team travaille au quotidien au sein du CreativeSpark et il était donc naturel d’envisager l’entrée du Lean Fund dans notre capital. Cet investissement est le premier d’un tour de table plus important et devrait nous permettre de boucler sereinement une deuxième levée de fonds dans les mois à venir », souligne encore T. Goretti.

 Suivez Djump sur Twitter et Facebook
  + d’infos sur le portfolio du Lean Fund

Province_BW_140x140Meusinvest_140x140Start-invest_140x140Volta-venture_140x140Axis-Parc_140x140

Take Eat Easy à l’assaut du marché parisien

Lean-fund_140x140
 
La nouvelle est toute fraîche, le fonds d’investissement privé Lean Fund a investi dans Take Eat Easy. C’est le deuxième tour de table pour la start-up qui va pouvoir partir à la conquête du marché parisien.

 
 
 

 

 
 

Envie d’un bon resto mais la flemme de vous rendre sur place? Si vous êtes Bruxellois, vous connaissez peut-être déjà Take Eat Easy, la start-up belge qui répond à ce dilemme. Si vous êtes Parisien, vous risquez d’entendre parler de ce service dans les semaines et les mois à venir.

La jeune start-up a lancé une version en beta privée en janvier 2013, après avoir été finaliste de l’accélérateur belge NEST’up. Le service proposé était alors une interface de commande en ligne de plats à emporter auprès des restaurants partenaires. Mais après une première levée de fonds quelques mois plus tard, la start-up a amorcé un changement important. Plutôt que de servir de simple relais entre le client et le restaurant, Take Eat Easy est devenu l’acteur bruxellois  incontournable du plat à emporter en créant son propre service de livraison rapide et 100% vert (les coursiers se déplacent à vélo). Avec une équipe qui a doublé en un an et demi, près de 80 établissements partenaires dans la capitale et une offre de plats toujours plus variée, Take Eat Easy a réussi son pari en Belgique et éprouvé son modèle sur ce premier marché test.

team take eat easy

Jean-Christophe Libbrecht, Chloé Roose, Karim Slaoui et Adrien Roose sont les quatre co-fondateurs de Take Eat Easy

« Maintenant qu’on a prouvé que le système était viable à Bruxelles, on va développer Take Eat Easy à Paris » , explique Adrien Roose, co-fondateur et CEO. Un an après un premier tour de financement pour l’implémentation en Belgique, la start-up boucle une deuxième levée de fonds auprès de divers investisseurs, dont le Lean Fund, pour financer le déploiement du service dans la capitale française. « On a formé une équipe qu’il faut rémunérer, on a la société mais on n’est pas encore du tout connus à Paris, donc le travail de pré-lancement est énorme. Il faut d’abord faire connaître le service aux restaurateurs et établir des partenariats. » Le budget marketing devra suivre également puisque ensuite, c’est auprès du grand public qu’il faudra convaincre.

Et Take Eat Easy ne compte pas s’arrêter là puisque l’objectif pour 2015 est de développer le service dans plusieurs grandes villes européennes. Pas encore de noms à annoncer mais il s’agirait de métropoles dont le marché est suffisamment étendu par rapport à l’investissement en temps et en argent que demande l’implémentation sur un nouveau territoire.

Province_BW_140x140Meusinvest_140x140Start-invest_140x140Volta-venture_140x140Axis-Parc_140x140

Yoursquare relève le défi de l’info sur mobile

 

Avec l’ambition de créer un « journal réinventé par internet », le bruxellois Michaël Dawant a créé Yoursquare,  une application fraîchement disponible sur Iphone et Ipad. À peine âgé de 17 ans, le jeune entrepreneur poursuit ses études secondaires et profite de son temps libre pour faire connaître son application. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec deux mois de vacances et du temps à revendre, Michaël s’est lancé il y a un peu plus d’un an dans la concrétisation d’un projet qui lui tenait à cœur.

« J’ai toujours été intéressé par l’actualité mais en lisant le journal ou les infos sur internet, j’ai trouvé cette expérience de moins en moins satisfaisante. Sur internet, on trouve beaucoup trop de dépêches et trop peu de travail de fond. »

Pour lui, peu importe la manière dont on consomme l’info, les formats ne sont de toute façon pas adaptés. Explications. Vous avez peu de temps et souhaitez juste être au courant de gros faits d’actualité. Dans ce cas, vous voudrez survoler les titres et uniquement les titres. Or, la plupart des formats proposés seront inadaptés car surchargés d’information inutiles pour vous. Votre voisin, au contraire, a le soucis du détail et veut comprendre le tenants et aboutissants des événements qui font la une. Ce qu’il cherche, ce sont des analyses de fond. Lui aussi, pourtant se retrouve face à une offre inadaptée: elle est tout simplement trop peu garnie, selon Michaël Dawant. « Les sites d’info ne tirent pas assez parti du web et se réfèrent toujours aux mêmes principes de base que ceux du 19ème siècle », ajoute-t-il, intransigeant.

 

WorldCover & VisionCover

Sur Yoursquare, le jeune créateur a voulu mettre l’utilisateur au centre de l’actualité. Grâce à deux fonctionnalités disponibles dans quatre langues, vous pouvez non seulement consulter un fil d’infos épuré, mais votre voisin peut également lire ou rédiger son propre article d’analyse. Le fil d’infos ou WorlCover est pensé au plus simple et ne contient que des titres et des résumés d’actualités qui tiennent en quatre lignes. Ce fil n’est pas une nouveauté en soi mais il a l’avantage d’être présenté dans une interface limpide et adaptée au mobile. Ces informations brutes, sans traitement journalistique, proviennent directement des agences de presse. Avec sa deuxième fonctionnalité, Yoursquare veut satisfaire aux exigences des  personnes en manque de contenu de qualité. VisionCover offre aux utilisateurs des articles d’analyse et d’opinion rédigés par d’autres utilisateurs, qu’ils soient spécialistes ou vrais passionnés. Une sélection des meilleurs articles de fond est également à l’étude. Elle devrait être mise en place dès que les contributions se feront plus nombreuses. L’originalité du produit, selon l’entrepreneur, est de réunir ces différentes fonctionnalités sur un seul et même outil.

 
 
worldcover_02

Étudiant en maths-sciences à Woluwe-Saint-Lambert, Michaël a toujours été intéressé par l’informatique. Autodidacte, il a conçu et développé seul l’application Yoursquare pendant son temps libre. La dernière version de ce projet démarré il y a un an est téléchargeable dès aujourd’hui sur l’AppStore. Autrement dit, l’application est disponible pour Iphone et Ipad dans 150 pays. Et le jeune entrepreneur ne compte pas s’arrêter là! Ses prochains objectifs sont de faire connaître son application, de la lancer sur Androïd et d’acquérir une masse d’utilisateurs suffisante pour poursuivre une logique d’amélioration continue grâce aux précieux feedbacks des early adopters

 Suivez le projet sur twitter: @onyoursquare

 

La famille Lean Fund s’agrandit avec CHEQROOM

Lean-fund_140x140
 
Pour la rentrée, le fonds privé Lean Fund annonce un investissement de 50 000€ dans la start-up gantoise CHEQROOM qui permet aux utilisateurs de gérer leur matériel de valeur via une application en ligne. Un premier tour qui se clôture avec succès pour la jeune entreprise puisqu’elle aura, en tout, levé près de 200 000€ auprès de différents investisseurs.
 

 

Avec pour public cible les entreprises, CHEQROOM propose une nouvelle façon de gérer du matériel de valeur. Plus de codes-barres classiques ni de logiciels complexes mais une simple application en ligne qui permet d’enregistrer du matériel tels des ordinateurs, des équipements hospitaliers ou encore des vélos de location et d’en faire le suivi des entretiens et réparations, bref, d’avoir une vue globale sur le cycle de vie du matériel. Avec sa combinaison de stickers intelligents, d’application mobile et d’internet, CHEQROOM a déjà convaincu. En 2012, la start-up a reçu le prix Microsoft Boostcamp et elle va maintenant collaborer avec plusieurs business angels du réseau BAN Vlaanderen.

En route pour l’internationalisation

L’application mobile CHEQROOM en est déjà à sa quatrième version et le nombre de clients internationaux ne cesse de grandir. C’est d’ailleurs ce potentiel de croissance à l’international qui a fait pencher la balance dans la décision du Lean Fund, comme l’explique Toon Vanagt, gestionnaire: « Il est rapidement apparu que les fondateurs avaient de bonnes références et que leur concept innovant avait déjà été largement validé par des fonds privés. La plate-forme technique et l’équipe de CHEQROOM et leur approche « Lean Startup » – qui est notre credo – s’intègrent parfaitement au sein de notre fonds. CHEQROOM est prêt pour le grand saut. C’est leur vision internationale, qui a été décisive dans notre décision d’investir. »
 

co-founders

Henk Schepens et Vincent Theeten forment le duo gagnant à la tête de CHEQROOM


 
 
 

« Ces investissements nous aident à grandir plus rapidement. Nous pouvons maintenant réaliser nos missions dans un laps de temps plus court et nous allons mettre à profit cette nouvelle flexibilité financière pour réaliser des économies d’échelle, booster notre approche commerciale et poursuivre les développements. »

Henk Schepens, co-fondateur et CEO

 
 
 
 
 
En combinant une injection de capital de 200.000€ et une réserve disponible à emprunter via le fonds de participation, l’avenir de CHEQROOM semble assuré. L’objectif de la start-up est désormais de stimuler cette vision internationale et de développer la plate-forme. Pour être à la hauteur de ses ambitions, l’équipe va d’ailleurs accueillir deux nouvelles perles rares, respectivement compétentes en IT et Marketing.

Province_BW_140x140Meusinvest_140x140Start-invest_140x140Volta-venture_140x140Axis-Parc_140x140